Comment accompagner correctement nos enfants?

Si le titre t’a interpellé, c’est peut-être parce que tu es parent, ou bien que tu le seras bientôt, ou encore que tu essayes de comprendre, pour ton chemin personnel, l’impact que le comportement de tes parents a pu avoir sur toi et ta construction.

 
Peu importe la raison, tu es au bon endroit.
Il n’y a pas de notion de coupable, ou de culpabilité.
Nous faisons tous comme nous pouvons avec ce que nous avons au moment T.
C’est OK, tu es un bon parent pour ton enfant, tu vas être un bon parent pour ton futur enfant, et tu as eu les parents que tu devais avoir pour te permettre d’arriver jusqu’ici. Tout est juste, tout est OK.
 
Mais, chaque comportement a des conséquences. As-tu remarqué que beaucoup d’enfants sont catégorisés de différents ? As-tu remarqué qu’on diagnostiquait de plus en plus d’enfants atteints de TDAH, ou porteur de différents handicaps ? Ou encore des enfants dits mal élevés, ou mal polis, ou irrespectueux ?
Et, si en fin de compte tous ces enfants, étaient là pour nous montrer que nous devons cesser certains comportements envers eux. Et, s’ils étaient là pour nous apprendre à nous aimer, à nous respecter, à nous écouter ? 
 
Notre rôle comme parent est d’accompagner notre enfant. Très souvent, nous faisons à la place de notre enfant, ou nous le rabaissons, car pour nous, il doit rester à sa place d’enfant. Et, si désormais, on traitait différemment les enfants ?
 
— Au lieu de forcer l’enfant à penser comme moi.

Je permets à l’enfant de vivre sa vision, d’avoir des idées et des buts différents des miens.

— Au lieu de punir l’enfant parce que je suis frustré par son indifférence envers moi.

Je permets à l’enfant de parfois sembler indifférent en me souvenant que cela n’a rien à voir avec l’amour qu’il a pour moi.

— Au lieu de manipuler l’enfant afin d’obtenir de lui ce que je désire.

Je lui permets d’être différent de moi, même si cela me fait peur.

— Au lieu d’en vouloir à l’enfant parce qu’il me fait sentir impuissant face à lui.

Je me rappelle que plus, je suis capable d’accepter sa différence, plus je me rapprocherai de lui parce qu’il se sentira respecté.

— Au lieu de le culpabiliser parce qu’il montre de l’indifférence.

Je réalise que très souvent son indifférence est plus présente dans les situations où ce qu’il entend est en réponse à une émotion ou à une opinion de l’autre.

Très souvent, les adultes ne comprennent pas comment les enfants de notre génération semblent si souvent manquer de respect envers les autres. Il est impossible pour un jeune enfant de comprendre et d’accepter un comportement non respectueux et non responsable.

Tout ce qu’il sait faire au départ, c’est se respecter lui-même. Il lui est donc essentiel de ne pas se laisser manipuler par les autres. Les enfants d’aujourd’hui ne peuvent respecter que ceux qui sont respectables, c’est-à-dire qui se respectent eux-mêmes.

Avec le temps, il acceptera d’ajuster son opinion quand cela sera demandé avec intelligence et respect.

Alors si tu as l’impression que ton enfant te manque de respect, c’est probablement parce qu’il pense la même chose te concernant, à son égard. Demande-le-lui.

Donne-lui une place égale à la tienne, discute avec lui en tant qu’égal.

Et, je peux t’assurer que vos relations s’amélioreront, et tout ce qui était source de conflit (faire les devoirs, lui demander de ranger sa chambre…) sera beaucoup plus facile.

 

 

 Rappel du rôle des parents :

– Accepter que les enfants fassent partie de la réalité de notre monde.

– Accepter qu’ils pensent différemment et qu’il est impossible d’avoir les mêmes priorités que les adultes qui les entourent.

– Cesser de vouloir qu’ils soient ce que nous aurions voulu être sans y arriver.

– Leur enseigner à écouter les besoins de leur propre corps et non ceux du nôtre.

– Ne pas sauter aux conclusions, leur donner le bénéfice du doute.

– Se rappeler que nous ne pouvons pas leur enseigner à devenir « responsable » si nous ne prenons pas notre propre responsabilité.

– Cesser de les considérer comme problématiques parce qu’ils ne veulent pas joindre à notre vie sociale.

– Les traiter de la même façon que les adultes au point de vue des lois et des droits familiaux.

– Au lieu de vouloir leur prouver notre amour à tout prix, se souvenir que ce dont ils ont aussi besoin, c’est notre respect envers nous-même et envers eux-mêmes.

– Se rappeler que pour eux, le respect ne signifiant pas obéissance, mais plutôt donner le droit à l’autre d’être différent et ceci s’applique à soi ainsi qu’à tous ceux qui nous entourent.

– Être conscient que lorsque nous régissons aux enfants, nous nous occupons de notre besoin et non des leurs.

– Les accueillir quand ils demandent de l’affection et les laisser partir quand ce besoin est comblé.

– Se rappeler leur tenir tête seulement si nous avons des raisons intelligentes à leur exposer.

– Accepter que nous sommes les premiers modèles de nos enfants, et qu’ils nous observent continuellement. Nous voulons donc exercer une influence positive et non négative sur eux. Revoyons ainsi notre comportement si le leur  nous dérange.

Mémoire Cellulaire

Réserver une séance

Mémoire Cellulaire
80 €
Séance de 1h/1h30 à distance (en visioconférence) ou en présentiel (52 avenue Médéric 93160 Noisy-le-Grand)
Découvrez vos mémoires cellulaires personnelles, familiales et ancestrales et apprenez à vous en libérer.
mai 2024
lun
mar
mer
jeu
ven
sam
dim
29
30
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31
1
2

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Top